Top décennie des séries partie 1
hbo/hulu/ftv/showtime/itv

Parmi les centaines de séries diffusées au cours des années 2010, Première a classé les 50 meilleures. On découvre aujourd'hui de la 50e à la 26e place.

Bienvenue dans l'ère du Peak TV. La télévision n'a jamais été aussi florissante, aussi riche, aussi prospère. Aux USA, mais également en France, en Grande-Bretagne et dans le reste du monde, il n'y a jamais eu autant de séries et de séries de qualité. 2010-2019, une décennie faste qui s'achève. L'occasion de faire un large bilan de ce qui s'est fait de mieux. Le best of the best. La rédaction de Première a dressé un Top 50 des meilleures séries de la décennie (en ne prenant en compte que celles ayant concrètement débuté dans les années 2010, ce qui exclut par exemple Breaking Bad). Première partie aujourd'hui de la 50e à la 26e position. Suite et fin de ce classement demain.

 

50) Hippocrate (Canal +, 2018-Aujourd'hui)

En une petite saison, Hippocrate s'est imposée comme une des meilleures fictions françaises de la décennie. Déclinant son propre film éponyme en série, l'ancien médecin Thomas Lilti nous immerge magistralement dans un univers hospitalier sous tension, avec un vrai sens du suspens qui évoque plus 24 heures chrono qu'Urgences ou Dr House. Et il s'appuie parfaitement sur sa magnifique distribution, avec en tête Karim Leklou et Louise Bourgoin qui nous rappelle à quel point elle est douée pour les rôles dramatiques.

Hippocrate
Denis Manin / 31 Juin Films / Canal+

49) Sense8 (Netflix, 2015-2018)

Une ode à l'humanité bouleversante et merveilleusement originale. La création des sœurs Wachowski est de celles qui vous réchauffent le cœur pour longtemps. Une grande histoire fantastique qui rapproche un peu plus les êtres, et plébiscitée jusqu'au bout par les fans, qui ont réussi à convaincre Netflix de produire une conclusion digne de son nom : un feu d'artifice qui a fait vibrer la Tour Eiffel, au sens propre comme au figuré.

sense8 final groupe
netflix

48) The Deuce (HBO, 2017-2019)

Moins cotée que The Wire ou Treme, la dernière série en date de David Simon - et de son complice d'écriture, George Pelecanos - est pourtant passionnante. Elle raconte, sur deux décennies (les 70s et les 80s), la lente métamorphose de New York (métropole grouillante, mal famée et corrompue, progressivement “nettoyée”) à travers les parcours de prostituées prenant leurs destins en mains. Féministe en diable, The Deuce s’inscrit dans l’air du temps et, pour l’anecdote, possède la meilleure bande-originale de la décennie.

HBO

47) Adventure Time (Cartoon Network, 2010-2018)

OK, d’accord, Rick et Morty, c'est génial. Mais vous, là-bas, avec votre t-shirt gênant Pickle Rick, vous avez oublié l'existence d'Adventure Time ? Vous avez oublié les 283 épisodes de cette merveille de fantasy complètement délirante et débridée, s'inspirant autant de Bob l'éponge - l'humour punk sans limites - que de Donjons et Dragons -la création ludique et magique - et de Mon petit poney avec ses visuels roudoudou. Une série irracontable, hilarante, incroyable, aussi inépuisable et infinie que l'imagination. Non, nous, on n'a pas oublié Adventure Time ! « C’mon, grab your friends, we'll go to very distant lands… »

Adventure Time
Cartoon network

46) Jane the Virgin (CW, 2014-2019)

Au départ, il s'agit d'une banale adaptation d'une télénovela vénézuélienne intitulée Juana la Virgen. Mais grâce à un ton unique et une héroïne tellement attachante, la petite Jane a réussi à se faire une place parmi les grands noms de la comédie romantique américaine. Avec un Golden Globe de la meilleure actrice en prime pour Gina Rodriguez.

jane the virgin
cw

 

45) Dix pour Cent (France 2, 2015-Aujourd'hui)

Qui d'autre peut se targuer d'avoir accueilli au casting Isabelle Hupper, Jean Dujardin, Juliette Binoche, Monica Belucci et Joey Starr ? L'excellente idée de Dominique Besnehard a pris vie avec l'agence ASK, qui raconte comme jamais le métier d'agent de stars. Une plongée dans les coulisses du métier, les contrats à signer, les galères de tournage à régler. Call My Agent, de son petit nom international, est aussi devenue l'une des séries françaises les plus populaires à l'étranger.

 

44) True Detective (HBO, 2014-2019

La comète de la décennie. En quelques soirées du mois de janvier 2014, l'inconnu Nic Pizzolatto devient le scénariste le plus acclamé d’Amérique grâce à sa relecture filandreuse du genre « serial-killer ». Matthew McConaughey philosophe en éclusant des Lone Star, Rust Cohle devient une icône, le monde se pâme, mais le retour de bâton sera d’autant plus violent, la faute à une saison 2 écrite dans l’urgence. La troisième, elle, en 2019, a viré au non-événement. L'héritage de True Detective est aujourd'hui un peu brouillé. Mais on est très curieux de savoir ce que Pizzolatto nous réserve pour la suite.

hbo

43) Master of None (Netflix, 2015-2017)

Petit bijou d'autofiction primé aux Emmy Awards et aux Golden Globes, Master of None explore finement les questions qui animent notre époque : le racisme, les rapports homme-femme, la quête de sens… À travers le personnage de Dave, Aziz Anzari se raconte et pousse le vice jusqu'à faire jouer son père et sa mère dans leur propre rôle. Bref, une pure sitcom de comique de stand up, qui a aussi révélé Lenna Waithe. Quid d'une saison 3 sur Netflix ? Anzari attend qu’il se passe éventuellement quelque chose d'intéressant dans sa vie pour se lancer dans l'écriture.

Master of none
netflix

42) Orange is the New Black (Netflix, 2013-2019)

Après s'être régalé de Weeds, Jenji Kohan poursuit ses portraits de femmes avec une série carcérale devenue l'une des références absolues du genre. L'adaptation d'une histoire vraie vécue par Piper Kerman et qui offre surtout à la scénariste l'occasion d'écrire une exceptionnelle galerie de personnages. L'un des étendards de la série made in Netflix, différentes, cinglante, sans concession.

orange is the new black saison 6
netflix

 

41) House of Cards (Netflix, 2013-2018)

C'est la série qui a donné ses lettres de noblesse au service de streaming américain. Probablement la première à avoir provoqué une onde de choc et bouleversé l'ordre établi en matière de petit écran. Kevin Spacey et ses manigances à la Maison Blanche – sous l’œil de David Fincher, réalisateur et producteur de la saison 1 - ont changé le paysage des séries télé. Même si cet héritage a été forcément abîmé par un scandale sexuel et par des dernières saisons moins enthousiasmantes.

 

40) Borgen (DR1, 2010-2013)

Pourquoi une série danoise avec des acteurs inconnus a-t-elle autant fasciné les foules au début des années 2010 ? Peut-être parce que la démocratie à la danoise, modérée, proche des aspirations de tous, n'est pas loin d’être un modèle parfait ? Ou peut-être parce que la concision de la série, resserrée sur trois saisons de dix épisodes chacune, a permis aux auteurs de ne pas s’égarer en cours de route ? On pencherait pour notre part pour le charisme et le charme inouï de son interprète principale, Sidse Babett Knudsen, qui a fait de son personnage de Première ministre, digne et (presque) incorruptible, la première grande héroïne de la décennie la plus féministe qui soit.

Borgen, une femme au pouvoir
DR1

39) Halt and Catch Fire (AMC, 2014-2018)

À travers la révolution technologique et sociétale de l’ordinateur individuel, Halt and Catch Fire racontait formidablement les liens entre la tech et ceux qui la font (dont ces femmes qui y trouvaient un inattendu lieu d'émancipation), les échecs monumentaux et les rebonds, les génies bien trop en avance sur leur temps et les commerciaux visionnaires. Très peu mise en avant en France, où elle n’a eu doit qu’à une discrète diffusion sur Canal+, Halt and Catch Fire a certainement payé pour son titre complexe et son sujet a priori peu sexy. Et pourtant… La meilleure série dont vous n’avez jamais entendu parler, comme il est de coutume de dire.

Halt and Catch Fire
AMC

38) Rectify (SundanceTV, 2013-2016)

Malheureusement méconnue et passée relativement inaperçue durant ses quatre saisons (même si elle a été diffusée en France sur Arte), ce drame humain sur un homme libéré grâce à de nouvelles preuves ADN, après 19 prison. Lui qui avait été condamné à mort pour le viol et le meurtre de sa petite amie, essaye de se refaire une vie dans sa ville natale. Alors coupable ou pas ? La série manie à merveille le suspense judiciaire et brouille subtilement les cartes entre le bien et le mal.

Rectify
Sundance Channel

37) Legion (FX, 2017-2019)

Dans la lignée d’un Damon Lindelof, Noah Hawley a marqué cette décennie télévisuelle, d’abord avec son audacieuse adaptation de Fargo, et puis avec Legion, le truc le plus hallucinant qu’on ait vu à la télévision dans le genre comics. Rien à voir avec le Arrowverse de CW, ou même les séries Marvel/Netflix : Legion est un trip narratif et visuel souvent déroutant, et parfois complètement psychédélique, qui nous plonge dans l’esprit malade du fils de Charles Xavier. Une œuvre onirique, bouclée en trois saisons, qui deviendra culte. On prend les paris.

legion saison 3
hbo

36) The Knick (Cinemax, 2014-2015)

Deux saisons et puis s’en va. Mais quelles saisons ! Réalisée pour partie et coproduite par Steven Soderbergh, cette série de Jack Amiel et Michael Begler dépeint une unité de soins dans un grand hôpital new-yorkais, au début du 20 ème siècle. Mise en scène classieuse et interprétation bigger than life de Clive Owen dans la peau d’un chirurgien surdoué et drogué, déterminé à apaiser les souffrances de ses patients. Une série au scalpel.

the-knick
Cinemax

 

35) Homeland (Showtime, 2011-Aujourd'hui)

Il est vrai qu'aujourd'hui, Homeland n'exerce plus la même fascination qu'à l'époque. Mais il faut se souvenir de l'incroyable buzz que généra Nicholas Brody, soldat américain incarné avec brio par Damian Lewis et que Carrie Mathison (Claire Danes) pensait avoir été retourné dans sa prison irakienne. Un thriller géo-politique haletant, digne successeur de 24 et adapté de la série israélienne Hatufim, qui a su parler de radicalisation avant tout le monde.

 

34) Boardwalk Empire (HBO, 2010-2014)

Lancée en fanfare sur HBO en 2010, cette série de prestige est l'œuvre de l'un des auteurs-maison chéris, Terrence Winter, qui a fait ses classes sur Les Soprano. Le pilote, réalisé par Martin Scorsese, a donné le “la” de Boardwalk Empire, portrait d’un bootlegger-roi d'Atlantic City (incarné avec panache par Steve Buscemi) : du style, de la violence, de la passion. La série ne faillira pas à cette mission.

Boardwalk Empire
HBO

33) The Handmaid's Tale (Hulu, 2017-Aujourd'hui)

Dans un monde post-Harvey Weinstein, où la parole des femmes s'est libérée de manière aussi soudaine que salvatrice, l'adaptation de La Servante Écarlate de Margaret Atwood a résonné de manière spectaculaire. Une première saison comme un coup dans l'estomac, qui coupe la respiration et qui sonne pour longtemps. Le choc a été moins fort dans les deux saisons suivantes, mais la série reste plus pertinente que jamais, en cette fin de décennie.

The Handmaid's Tale saison 3
Hulu

32) The OA (Netflix, 2016-2019)

La chorégraphie imaginée par Brit Marling et Zal Batmanglij restera dans les anales de Netflix. Icône du drama surprise que personne n'avait vu venir, cette pépite lancée en catimini sur la plateforme a conquis le cœur des abonnés par sa poésie de tous les instants. Une œuvre mystérieuse, majestueuse, qui a rendu son dernier souffle sans livrer tous ses secrets...

The OA
netflix

31) Barry (HBO, 2018-Aujourd'hui)

Ancien du Saturday Night Live, Bill Hader est derrière cette comédie noire, amère et touchante, dont il est le créateur, scénariste, parfois réalisateur et surtout acteur principal. C'est lui qui donne vie à ce tueur à gages du Midwest, qui va s'essayer au théâtre à Los Angeles et y oublier sa solitude. Un rôle qui a valu à Hader les deux derniers Emmy Awards du Meilleur acteur dans une comédie.

Barry
hbo


30) The Good Place (NBC, 2016-Aujourd'hui)

Pas de place pour les rires enregistrés dans The Good Place. C’est pourtant un pur sitcom à concept : Kristen Bell se retrouve au « paradis » après sa mort, géré par un être angélique irrésistiblement lunaire et maladroit (puisque joué par le génial Ted Danson) assisté d’un robot (la géniale D'Arcy Carden). Il y a évidemment une couille dans le potage, mais on ne vous en dira pas plus si vous avez la chance d’être vierge de tout spoil. The Good Place est un peu le « vanity project » de son créateur Michael Schur. Le co-créateur de Parks and Recreation et Brooklyn Nine-Nine (pas mal comme CV) nous parle de la vie, de la mort, de l’éternité et du reste. Ça pourrait être gonflant, et c'est drôlement, délicieusement tordu, bourré de twists et de surprises, un peu comme une version « millenial » du Prisonnier réécrite par le Saturday Night Live.

 

29) Bojack Horseman (Netflix, 2014-Aujourd'hui)

La comédie qui a fait de Netflix l'un des paradis de la série d'animation pour adultes. Ce cheval, ancien acteur star des années 1990, dans un monde où les humains et les animaux anthropomorphiques vivent côte à côte, est le vecteur d'une satire brillante d'Hollywood et de la célébrité. Une farce noire, déprimée mais tellement folle, qui prendra fin l'année prochaine après 6 saisons.

bojack horseman, saison 5
netflix

28) Downton Abbey (ITV, 2010-2015)

En 2001, Julian Fellowes signe le script de Gosford Park de Robert Altman, portrait de la noblesse anglaise dans les années 30, le pendant british de La règle du jeu de Jean Renoir. Neuf ans plus tard, la série Downtown Abbey reprend les mêmes ingrédients en situant l’action dans une grande demeure aristocratique : les lords et ladies devisent en haut, les domestiques s’affairent en bas, les deux classes étant filmées à égalité et avec une chaleur égale. De la belle ouvrage.

Downton Abbey film
Twitter Downton Abbey / Focus Features

27) The Good Fight (CBS All Access, 2017 – Aujourd'hui)

Robert et Michelle King sont de véritables magiciens du drama américain. Après avoir donné vie à l'excellente Good Wife (en 2009), ils ont réussi à signer un spin-off au moins aussi réussi. Un bijou de série judiciaire, écrite avec des doigts de fée, dialoguée à la perfection et incarnée par une passionnante diversité de personnages. Une diatribe aussi, contre Donald Trump et le système politique américain corrompu.

the good fight S2
CBS

26) Fargo (FX, 2014-Aujourd'hui)

Vous vous souvenez ? Quand il a été question d’une déclinaison télé de Fargo, tout le monde a crié au sacrilège. A l’entreprise commerciale abjecte. On ignorait à l’époque que Noah Hawley parlait le Coen couramment : son anthologie enneigée est devenue un hommage géant, non seulement au film de 1996, mais à l’œuvre entière des frangins pince-sans-rire, de No Country for Old Men à The Big Lebowski. Trois saisons à la virtuosité narrative démente, des acteurs déchaînés (Martin Freeman, David Thewlis)… Joel et Ethan affirment qu’ils n’en ont jamais regardé un épisode. Franchement, ils ratent un truc.

Suite et fin de notre Top 50 des séries de la décennie demain.

A lire aussi sur Première

Le Top 50 des meilleures séries de la décennie 2010-2019 (part II)

La crème de la crème du petit écran. Parmi les centaines de séries diffusées au cours des années 2010, Première a classé les 50 meilleures. Voici de la 25e à la 1ere place.

Le Top 10 des séries à voir sur Disney Plus en France

Dans l'univers Star Wars, l'univers Marvel, et l'univers de la Bande à Picsou !