DR

Les actrices Alexis Bledel et Lauren Graham nous parlent de ce revival réussi. Un revival qui a surtout du sens.

Elles n'auraient pas pu rêver meilleure date. Les Gilmore Girls feront leur retour en plein week-end de Thanksgiving, ce vendredi 25 novembre sur Netflix, partout dans le monde. Un come back en famille, qui se déguste comme une bonne grosse dinde aux marrons au coin du feu. Des retrouvailles chaleureuses, qui permettent surtout à Lorelai et Rory d'offrir aux fans la sémillante réunion dont ils rêvaient depuis 10 ans, après la conclusion bancale de la série.

On se souvient en effet que l'ultime saison 7 de Gilmore Girls - diffusée en 2006-2007 sur la chaîne CW - avait laissé un goût amer aux habitués de Stars Hollow. Il faut dire qu'elle s'était faite sans la créatrice, Amy Sherman-Palladino (ni son mari Daniel), écartée à l'époque par le network, suite à des divergences créatrives. "C'était assez dur", se souvient l'actrice Lauren Graham, que Première a pu rencontrer il y a quelques jours. "C'était triste de boucler la série, sans savoir que c'était la fin. Il nous a fallu un peu de temps pour digérer. Amy a essayé de monter un film. Mais ça n'a pas marché. Parce que Gilmore Girls a toujours été une série sous-estimée, avec cette image de série pour filles. Et puis Netflix est arrivé. Le streaming est arrivé. On n'aurait pas pu imaginer ça..."

"On a plus eu l'impression de faire un film qu'une série !"

Frustrée pendant des années de ne pas avoir pu raconter son histoire jusqu'au bout, la scénariste a donc eu l'opportunité de ramener ses Gilmore Girls à la vie, grâce à la plateforme de streaming, pour un revival qui a vraiment du sens : "Amy voulait absolument raconter la fin de son histoire. Après tout ce qu'elle a créé, pendant toutes ces années, elle ne voulait pas lâcher l'affaire. Je crois qu'elle aurait fait quelque chose, d'une façon ou d'une autre", nous confesse l'actrice Alexis Bledel, de retour dans la peau de Rory, avant de préciser :  "Ce revival est purement la création d'Amy et Dan. Ils ont tout écrit, tout réalisé. C'est complètement en phase avec ce qu'ils ont fait avant. Donc ceux qui aimaient le show par le passé aimeront toujours, en tout cas j'espère !"

DR

Pas d'inquiétude à avoir : les fans purs et durs de Gilmore Girls peuvent se jeter les yeux fermés sur cette 8e saison. "A Year in the Life" est une généreuse gourmandise concoctée spécialement pour eux, et pour tous ceux qui sont restés sur leur faim, il y a 10 ans. On retrouve avec nostalgie la douceur presque irréelle et si emblématique de Stars Hollow. Rien n'a changé. Amy Sherman-Palladino a parfaitement calibré son revival, avec une infinité de clins d'oeil aux premières saisons, de moments savoureux entre Rory et Lorelai (à 2 heures du matin autour d'une tasse de café, évidemment) et un véritable défilé jubilatoire d'anciens personnages (même Melissa McCarthy est de la fête).

Mais "A Year in the Life" ne sent pas le renfermé pour autant. Les deux scénaristes ont su apporter un peu de modernité à Gilmore Girls. Portée par un format original et ambitieux (quatre épisodes de 90 minutes, qui couvrent les quatre saisons), cette nouvelle série semble clairement plus mature, plus audacieuse, plus épanouie. "Grâce à Netflix, on a eu plus de temps pour tourner. Et Amy a eu plus de libertés créatives", explique Alexis Bledel. "On a eu le début, le milieu et la fin de l'histoire dans les mains, alors on a pu s'adapter. On a d'ailleurs plus eu l'impression de faire un film qu'une série !"

DR

Une vraie volonté de la part de la créatrice, comme le précise l'actrice Lauren Graham (qui sort par ailleurs ses mémoires, dans un livre intitulé : "Talking As Fast As I Can") : "Son idée a toujours été de faire un "spécial", un peu à la manière des séries anglaises, un peu comme Sherlock. Sans avoir la structure classique d'une saison de série télé. Du coup, ça a été un peu dur à monter et jusqu'au dernier moment, ce n'était vraiment pas gagné." Effectivement, les négociations ont traîné et Alexis Bledel confirme : "On a appris que ça allait se faire assez tardivement - par un mail ou quelque chose comme ça - une semaine seulement avant le début du tournage ! Et puis on a commencé à filmer et là, c'était assez surréaliste. Ils avaient recréer tout notre monde, tous les décors. Mais c'était une atmosphère différente des saisons précédentes."

Paumée dans la trentaine

Il faut dire que les personnages ont grandi, évolué, changé. Surtout Rory qui, curieusement, n'a pas réussi dans la vie, comme on aurait pu le penser après le final de la saison 7. C'est sans boulot stable et sans adresse fixe, qu'on retrouve la jeune femme, un peu paumée dans sa trentaine. "Ce qu'Amy voulait, c'est que les trentenaires puissent s'identifier à Rory. Parce que parmi tous les jeunes gens talentueux, seule une petite poignée réussit finalement", détaille Alexis Bledel, pour expliquer ce twist scénaristique. "Je pensais que Rory serait de ceux là. Mais Amy a jugé que ce serait plus intéressant de lui mettre des bâtons dans les roues. Heureusement qu'il y a cet article du New Yorker qu'elle a écrit, qui montre qu'elle a quand même accompli quelque chose. Elle espérait que ce serait le point de départ d'une grande carrière. Mais elle peine à décoller..."

DR

Et côté coeur, ce n'est pas beaucoup mieux : "Sa vie romantique, c'est le chaos. Elle est toujours à la recherche d'une connexion amoureuse, quelque chose qu'elle n'a jamais connu selon moi", tease la jeune comédienne, qui précise ne pas avoir de favori entre Logan, Jess ou Dean : "Chacun fait ressortir quelque chose de différent en elle."

Une suite est-elle possible ?

Si "A Year in the Life" a été conçue comme une histoire fermée, la conclusion risque malgré tout de laisser les fans sur une drôle d'impression : "La fin est assez dure. J'ai été personnellement assez surprise", prévient Alexis Bledel. "Cela dépend de la manière dont on voit les choses, mais c'est clairement une fin inattendue." Lauren Graham renchérit en rigolant : "Le final me fait un peu penser à la fin d'un film d'horreur ! Vous savez, quand une main sort de terre tout à coup et qu'on se dit qu'il se passe un truc..."

Le quatrième épisode se termine donc sur une fin ouverte. Mais pour l'instant, aucun autre épisode n'est prévu au programme : "Est-ce que j'ai envie de faire une suite ? Je ne sais pas trop encore. Ca avait du sens de faire cette saison, car Amy avait besoin de sortir la fin de son histoire. Mais faire d'autres épisodes après, je ne suis pas sûre...", nous confie Alexis Bledel, a priori sur la même longueur d'ondes que sa maman de Stars Hollow : "Oui, il pourrait clairement y avoir une suite. Mais en même temps, je ne veux pas que la série en fasse trop. On ne va pas non plus envoyer Rory et Lorelai dans l'Espace ou en France !"

Les 4 épisodes de Gilmore Girls: A Year in the Life seront mis en ligne ce vendredi 25 novembre sur Netflix.