DR
DR
E-PRESS PHOTO.COM
DR
DR [email protected]
DR [email protected]
DR [email protected]

Michael Moore : "Le jour où Clint Eastwood a dit qu'il me tuerait"

Michael Moore est revenu sur le jour où Clint Eastwood a menacé de le tuer

Michael Moore est revenu sur le jour où Clint Eastwood a menacé de le tuer

Michael Moore est revenu sur le jour où Clint Eastwood a menacé de le tuer

Michael Moore est revenu sur le jour où Clint Eastwood a menacé de le tuer

Michael Moore est revenu sur le jour où Clint Eastwood a menacé de le tuer

Michael Moore est revenu sur le jour où Clint Eastwood a menacé de le tuer

En publiant une série de posts assassins sur American Sniper, le dernier film de Clint Eastwood, Michael Moore a attiré l'attention sur les vieilles rancœurs qui opposent les deux cinéastes.Sur sa page Facebook où il aime publier de très longues tribunes, le réalisateur du documentaire Fahrenheit 9/11 primé à Cannes en 2004 est revenu sur le jour où Clint Eastwood l'a menacé de mort.Dans un post intitulé "Le jour où Clint Eastwood a dit qu'il me tuerait, il y a 10 ans cette semaine", Michael Moore revient sur cet épisode gênant. Le cinéaste engagé, connu pour ses prises de positions anti armes à feu et son opposition à l'intervention américaine en Irak, raconte : "Beaucoup de personnes me demandent si c'est vrai alors que la rumeur d'un Clint Eastwood m'ayant menacé en 2005 a refait surface et tourne sur la Toile depuis quelques jours. Alors j'ai pensé qu'il fallait que j'en touche quelques mots. Ça fera dix ans cette semaine, Clint Eastwood a pris la parole lors du dîner du National Board of Review pour annoncer à l'audience qu'il me 'tuerait' si un jour je venais chez lui avec ma caméra pour l'interviewer. 'Je te tuerai', a-t-il dit."L'acteur et cinéaste de 84 ans faisait ici référence à une séquence du documentaire Bowling for ColumbineMichael Moore se rend chez Charlton Heston, l'ancien président de la National Rifle Association (l'association pour le port d'armes à feu) afin de confronter leurs opinions divergentes.Michael Moore poursuit : "Le public a ri nerveusement. Pour ma part, je venais de vivre une demi-douzaine d'agressions au cours de l'année précédente de la part de fous furieux à cause de Fahrenheit 9/11 et de mon discours contre la guerre en Irak aux Oscars, plus la tentative de la part d'un homme d'extrême-droite de faire exploser ma maison (il a été arrêté à temps et emprisonné), alors j'étais un peu sonné d'entendre Clint Eastwood sortir de nulle part et prononcer une affirmation aussi violente. Mais j'ai immédiatement décidé qu'il essayait simplement d'être drôle, alors j'ai ri avec la même nervosité que les autres. Clint, cependant, n'a pas eu l'air d'aimer du tout ces rires. 'Je pense ce que je dis', a-t-il aboyé et le public s'est tu. 'Je te tirerai dessus'."Michael Moore revient quelques lignes plus loin sur le dégoût que lui inspire American Sniper, biopic dédié à Chris Kyle, le sniper le plus meurtrier des États-Unis assassiné en 2013 qui se vantait d'avoir éliminé plus de 200 hommes en Irak."Une ébauche de film qui réécrit l'Histoire (nous avons envahi l'Irak en réponse au 11 septembre), pérennise le racisme envers les Arabes (les Irakiens sont des 'sauvages'), possède un scénario hollywoodien simpliste du gentil sniper en blanc vs. le mauvais sniper en noir, et (dans un rare moment d'honnêteté) montre que les personnages les plus importants du film, les soldats américains, rentrent chez eux complètement brisés par la guerre (certains deviennent des militants pacifistes) ou dans un cercueil", peut-on lire.