Cannes 2019 : Roubaix, une lumière vacillante [Critique]

Pour son premier polar, Arnaud Desplechin convainc à moitié.

Léa Seydoux rejoint Sara Forestier et Roschdy Zem chez Arnaud Desplechin

Après Les Fantômes d’Ismaël, le réalisateur prépare Roubaix, une lumière.