DR

Que pense le mileu de la mode de la vision délirante de Ben Stiller ? Nous avons demandé à une experte de décrypter les premières images de Zoolander 2.

Alors que le premier trailer de Zoolander 2 a battu des records de visionnage sur la toile et qu'on découvrait hier de nouvelles images du film dans la bande annonce internationale, nous avons voulu savoir ce que pouvait bien penser le milieu de la mode de la vision délirante de leur univers que projette Ben Stiller. Et on en a tiré une première conclusion : elle n'est pas si délirante que ça. Décryptage des premires images du retour de Dereck Zoolander par Lauren Bastide, ancienne rédactrice en chef de Elle et chroniqueuse au Grand Journal.

Le trailer de Zoolander 2 a été vu 52 millions de fois en une semaine

La cruauté du milieu de la mode (les 2 models sur le retour sont vus comme des bêtes de foire "old" et "lame") envers ses anciennes gloires, c’est une réalité ?
Pas du tout, c'est une invention totale de l'univers du film. Dans la mode les anciens sont vénérés, il y a une sorte de panthéon dont on peut pas les décrocher. Les mannequins des années 90 sont toujours d'actu, on se repasse leurs vieux défilés, on observe leur instagram, etc.

Les guests (Justin Bieber, Miley Cyrus, Usher, Demi Lovato, Lenny Kravitz) vous semblent-ils bien choisis ?
Les people sont devenus des éléments fondamentaux des défilés, mais on ne verrait jamais ces célébrités là au premier rang. C'est ça qui est drôle. Par contre, c'est vrai que Miley Cyrus bosse avec Jérémy Scott, un styliste dont l'univers, pour le coup, me rappelle beaucoup Zoolander. Il a déjà organisé des défilés déjantés avec des mannequins habillés en Bob l'éponge, il a même organisé un défilé McDonald... Il lie mode et pop culture même si ce qu'il vend reste du luxe extrêmement cher. Il y a de l'humour mais aussi du cynisme dans cette démarche. Il était très méprisé du milieu. Sauf qu'il a repris les rênes de Moschino.

"La mode se veut désormais « post-genre », c'est ça la tendance"

Le mannequin androgyne incarné par Benedict Cumberbatch, ça vous évoque quoi ?
C'est le seul passage qui m'a vraiment rappelé la réalité. Son personnage peut se rapprocher de Andrej Pejic, devenu Andreja Peijic. Le transgenre est à la mode, d'ailleurs Givenchy a déjà eu une égérie trans (Lea T.). La mode se veut désormais « post-genre », c'est ça la tendance. Ça a beaucoup été mis en avant par Jean-Paul Gaultier par exemple. D'ailleurs, tout comme Jérémy Scott, il a souvent fait preuve d'humour et de dérision et c'est pour ça qu'il a rarement été pris au sérieux, on le voyait comme un ovni. Dans la mode, le modèle reste l'archétype à la Yves Saint-Laurent, dépressif qui va au bout de son art, qui est à 200% dans la création. Zoolander peut jouer sur cette schizophrénie du milieu : finalement tout le monde souffre de cet excès de sérieux, tout le monde rêve de cet humour mais peu arrivent à l'introduire... Les gens de la mode vont probablement adorer le film.

Les looks qu'on entrevoit dans les extraits, vous en pensez quoi ?
Toutes les images pourraient venir de défilés très sérieux ! Bon, c'est de la parodie, de la caricature mais en même temps c'est un peu à côté... C'est dur de répondre à cette question car la mode a quasiment tout fait. Si demain un créateur décide d'avoir un survet négligé, ce sera sa tendance... Il y a carrément une marque qui s'appelle juste « Vêtements », c'est le même principe, ça pourrait être hilarant mais pas du tout, c'est tout à fait sérieux, ils ont fait un défilé avec des mannequins qui concrètement portaient un t-shirt jaune avec simplement l'inscription « DHL » en rouge au milieu. Pour le peu qu'on en voit pour l'instant, le personnage de Kristen Wiig pourrait rappeler Iris Van Herpen, qui travaille beaucoup avec la 3d, pour des résultats assez énormes et hallucinants : des mannequins suspendus la tête en bas, d'autres en « cage », etc. Le côté un peu « fou » de la créatrice de mode.

DR

Quel passage des trailers vous a le plus marquée ?
Ce qui me parle le plus, ce n'est pas un passage de trailer, c'est cette photo de promo, pour une raison évidente : j'étais au défilé Valentino, posée en bout de podium.

DR

C'était pendant la dernière fashion week à Paris, donc avec un vrai public de gens de la mode. C'était un happening délirant, les gens étaient enthousiastes, criaient, sifflaient... Ce qu'il faut savoir c'est que la mode est un milieu qui se prend extrêmement au sérieux, tout est très 1er degré, très peu de créateurs osent le décalage. En plus, c'était vers février, peu de temps après « Charlie », on sortait d'une période sombre, les défilés étaient très gothiques, donc avoir ces deux mecs qui débarquent, déjantés et caricaturaux, ça a été un exutoire pour tout le monde en réalité.

Le dialogue comique entre le personnage de Penelope Cruz et des deux héros autour de la hiérarchie entre les mannequins de haute couture et les mannequins maillot, ça correspond à une réalité ?
Malheureusement oui. Encore aujourd’hui, on continuer de traiter les mannequins comme de la chair fraiche, du genre on peut parler d'une mannequin à la 3e personne alors qu'elle se tient à côté de vous, c'est spécial. En général on leur demande d'être discrète et de ne pas avoir trop de caractère. Ça a changé avec des gens comme Cara Delevingne qui ont une personnalité et ne s'en cachent pas, mais justement, on a tendance à les trouver un peu gênantes à cause de ça... Récemment il y a eu pas mal de scandales avec des mannequins qui étaient refusés à cause de leurs mensurations, mais aux yeux du grand public, ce sont les mannequins "à formes" qui ont la côte, même si l'élite de la mode leur préfère les maigres.

Propos recueillis par Yérim Sar

Trailer de Zoolander 2, en salles le 2 mars 2016