Ken Loach Cannes 2016
Cérémonie de clôture du festival de Cannes 2016/Canal +

Le cinéaste britannique a livré un discours très engagé en recevant sa Palme d'or à Cannes, en 2016. 

Mise à jour du 17 mai 2019 : Alors que Ken Loach vient de présenter son nouveau film, Sorry We Missed You, dans le cadre du festival de Cannes 2019, France 2 programme dimanche soir sa précédente réalisation, Moi, Daniel Blake, qui avait reçu la Palme d'or en 2016. En gagnant ce prix, le réalisateur avait livré un discours puissant, à retrouver ici... en attendant la fin du nouveau festival, qui verra peut-être le cinéaste à nouveau récompensé ?

 

Cannes 2019 - Sorry we missed you : Ken Loach vise juste, on sort KO [Critique]

Actualité du 22 mai 2016 : 10 après sa première Palme pour Le vent se lève, Ken Loach revient en tête du Palmarès cannois pour son drame I, Daniel Blake. Fidèle à son engagement, le cinéaste social britannique a livré un beau discours sur l’état du monde et l’urgence de le changer en recevant sa Palme d’or.  

Voici le discours "Nuit debout" de Ken Loach en intégralité.

Le Palmarès complet de Cannes 2016

"(En français dans le texte) Merci à tous, à toute l’équipe du film, l’écrivain, la productrice, le cameraman et tous les autres. 
Merci au Festival, à Thierry Frémaux, à sa direction. Merci à tout les travailleurs du Festival, parce que c’est à cause de vous que l’expérience est si belle.
Et aussi merci au jury, vous êtes très gentil.

I’m ici à Cannes, parce que Cannes, c’est très important. Le Festival c’est très très important pour la vie du cinéma. Restez forts, s’il vous plait.
Can I say two words in english parce que mon français est très pauvre.

(il repasse en anglais) Recevoir la Palme, c’est très curieux pour nous, parce qu’il faut se rappeler que les personnages qui ont inspiré ce film, ceux qui trouvaient de quoi nourrir les plus démunis de la 5e nation du monde, ceux qui ont réussi à tirer d’affaire les pauvres, il faut s’en souvenir. C’est formidable de faire du cinéma, et comme on le voit ce soir c’est très important. Le cinéma nous fait vivre l’imagination, porte au monde le rêve, mais nous présente aussi le vrai monde dans lequel nous vivons. Mais ce monde dans lequel nous vivons se trouve dans une situation dangereuse, nous sommes au bord d’un projet d’austérité qui est conduit par des idées que nous appelons « néo-libérales », qui risquent de nous amener à la catastrophe. Ces pratiques néo-libérales ont entraîné dans la misère des millions de personnes, de la Grèce au Portugal ou à l’Espagne, avec une petite minorité qui s’enrichit de manière honteuse.

Le cinéma est porteur de nombreuses traditions. L’une d’entre elles est de présenter un cinéma de protestation, un cinéma qui met en avant le peuple contre les puissants. Et ce que j’espère, c’est que cette tradition se maintiendra.

Il y a un danger de sombrer dans le désespoir. Et c’est l’extrême droite qui en profite, du désespoir. Nous, qui sommes âgés, nous rappelons ce que c’est que l’extrême droite au pouvoir. Alors nous devons porter un message d’espoir, il faut dire qu’un autre monde est possible, et même nécessaire."

Moi Daniel Blake, de Ken Loach, méritait-il la Palme d'or ? [critique]