Margot Robbie en cinq rôles
DR
Le Loup de Wall Street Margot Robbie
Metropolitan FilmExport
Suicide Squad
Warner Bros
Moi, Tonya
Mars Films
Marie Stuart, reine d'Écosse
Focus Features
Margot Robbie Once Upon a Time in Hollywood
Sony Pictures
Margot Robbie en cinq rôles
Le Loup de Wall Street Margot Robbie
Suicide Squad
Moi, Tonya
Marie Stuart, reine d'Écosse
Margot Robbie Once Upon a Time in Hollywood

Naomi Lapaglia, Le Loup de Wall Street (2013)

Sous l’œil espiègle de Scorsese, Margot Robbie s’invente bombe sexuelle et met DiCaprio à genoux : « Maman en a vraiment plus qu’assez de porter des petites culottes. » Le trouble qui se lit sur le visage de son partenaire de jeu à ce moment-là ne peut être feint.

Harley Quinn, Suicide Squad (2016)

Même coincée entre Will Smith et Jared Leto, le public n’a d’yeux que pour l’actrice, seule capable de dépasser un postulat un peu light (une ancienne psychiatre devient foldingue) pour créer un vrai personnage de cinéma, à la hauteur de son pendant des comics.

Tonya Harding, Moi, Tonya (2018)

La performance sans forcer. Elle incarne une patineuse artistique qui organise l’agression à la matraque de sa concurrente directe et navigue malicieusement entre beauferie façon Bidochon et grâce absolue. Sa première nomination à l’Oscar.

Élisabeth Ire, Marie Stuart, reine d'Écosse (2019)

Grimée et sapée comme jamais, elle est méconnaissable en Élisabeth Ire, reine bouffée par la variole. Son face-à-face avec Saoirse Ronan est hélas desservi par des dialogues un peu faiblards, mais Margot Robbie trouve ici un vrai beau rôle à sa hauteur.

Sharon Tate, Once Upon a Time in... Hollywood (2019)

Chez Quentin Tarantino, elle fait revivre à l’écran la défunte Sharon Tate dans le Los Angeles de 1969. Solaire et touchante (cette scène dingue dans le cinéma), Robbie vampirise le film à chaque apparition. L’Oscar du meilleur second rôle féminin semblait lui tendre les bras. L'Académie en a décidé autrement.

Alors que Birds of Prey sort en VOD, retour sur cinq performances brillantes de Margot Robbie.