La Taxe Youtube/Netflix/iTunes/Amazon profitera plus que prévu au cinéma français
Youtube/Netflix/iTunes

Le CNC touchera 7 millions d’euros en 2018 contre 2 millions précédemment annoncés.

Depuis le début de l’année, les sites de streaming et/ou de téléchargement légal tels que YouTube, iTunes, Amazon Prime Video ou Netflix sont taxés à hauteur de 2% de leur chiffre d’affaires réalisé en France. Cela devait représenter environ 2 millions d’euros reversés au CNC, le Centre National du Cinema et de l’Image Animée, mais l'organisme vient d’annoncer que "les prévisions de recette vont être dépassées et avoisinent les 7 millions d'euros en 2018".

Cela s’explique en grande partie par la hausse d’abonnés français à Netflix : la plateforme compte depuis peu plus de 3,5 millions de clients dans l’Hexagone (et 135 millions dans le monde). Sur ces 7 millions, plusieurs millions viendraient donc directement de Netflix (des chiffres plus précis devraient être dévoilés lors des bilans annuels des groupes).

La taxe sur les services de vidéo (TSV) a été créée en 1993 (à l’époque à partir des ventes de cassettes). Elle s’est étendue aux DVD et blu-ray, mais aussi aux services liés à la vidéo sur internet. D’après cette infographie publiée par le CNC, sa part était jusqu'ici assez faible au sein du système de financement des fonds de soutien. En 2017, 75% venaient de la TST, la taxe sur les services de télévision, et 21% du TSA, la taxe spéciale additionnelle (soit 10,72% du prix de chaque entrée au cinéma).

Infographie du CNC Taxe sur les services de vidéo
CNC
Netflix pourrait mettre en péril les chaînes françaises d'ici 4 ans

Les 7 millions d’euros récoltés en 2018 représentent une hausse, mais cela grimperait à seulement 1% du capital annuel total de l’organisme, si l’on calcule par rapport à ses recettes de l’an dernier : en 2017, le CNC a touché 675 millions d’euros de taxes, une somme qui a permis de soutenir des créations de longs métrages pour le cinéma ou la télévision, de séries et de vidéos françaises (expériences VR entre autres).

Ce tribut de 2% va-t-il augmenter face au succès de ces sites web ? Entre leurs revenus publicitaires et le montant de leurs abonnements, les plateformes de vidéo auraient enregistré en tout environ 350 millions d’euros de chiffre d’affaire en 2018, rien qu'en France. 

Les films bientôt de retour à la télé le mercredi, vendredi et samedi soir ?