Dunkerque
Warner Bros

La productrice se souvient de l'idée originale du film et de la préproduction.

Épouse et productrice de Christopher Nolan, Emma Thomas a dirigé d'une main de fer la genèse de Dunkerque, le très attendu nouveau film du réalisateur d'Interstellar. Au point que c'est même elle qui aurait eu l'idée du film il y a plusieurs années maintenant, et qui l'a soufflé par la suite à son mari.

Dunkerque, Chris et moi

J'ai fait des études d'Histoire et j'ai toujours été fascinée par les événements de Dunkerque. J'avais offert un livre à Christopher sur le sujet et Nous avons visité la ville au début des années 90. A ce moment-là, nous avions navigué sur le petit bateau d'un ami. Cela avait fortement marqué Chris et quand nous avons visité la plage, il avait vraiment été frappé par le môle [la digue artificielle sur laquelle ont été coincés bon nombre de soldat durant le conflit, ndlr] et son aspect très cinématographique. On s'est dit que cela pouvait être un incroyable décor pour un film. Des années plus tard, au départ de la préproduction, et comme dans beaucoup de films de Chris, il a commencé à écrire alors que Nathan Crowley, notre designer, planchait sur son travail de reconstitution dans notre garage. Chris et Nathan devaient trouver une solution pour reconstruite le môle tel qu'il était à ce moment-là. Pour recréer celui-ci durant ce temps de guerre, nous avons utilisé des photos d'époque. Nous savions que cela allait être un endroit capital dans le film car il y avait plusieurs dizaine de milliers de soldats entassés dessus, dans une position plus que vulnérable car ils étaient sous les bombardements de l'aviation allemande.

Malgré l'importance de son sujet, cela reste quand même un film de Christopher Nolan avec la perception et la vérité objective que l'on peut retrouver dans ses œuvres précédentes. Il y avait des centaines d'histoires à raconter sur ce conflit et nous en avons choisis d'en montrer trois via trois points de vues différents. C'est comme cela que Chris a décidé de raconter cette histoire via les trois éléments naturels : l'air, la terre et la mer. Nous devions retranscrire les faits dans la véracité et l'intégrité des personnes qui ont connu ce conflit, même si les personnages dans le film ne sont pas basés sur des personnes réelles. Je vois très bien le parallèle avec la crise des migrants actuelles. Mais nous avons essayé de faire un film sans message politique, en retraçant l'histoire de l'évacuation telle qu'elle a été. Si cela trouve une résonance avec les événements actuels, c'est tant mieux.

 
Rencontre avec Christopher Nolan : "Dunkerque raconte une série de situations paradoxales"

L'envers du décors

Il a fallu recréer la ville telle qu'elle était durant le conflit : ravagée par les bombardements, surtout au plus près de la plage. Les façades des bâtiments les plus modernes qui se voyaient lorsque l'on filmait depuis la plage ont également dû être cachées. Le tournage à Dunkerque a duré six semaines. Nous avons tourné les scènes de la plage durant la basse saison afin d'éviter les touristes. Sans le vouloir, nous avons fini le tournage à la même période que la fin de la vraie évacuation. Pour les scènes sur le Moonstone [petit bateau marchant de Mark Rylance dans le film, ndlr], tourner dans la Manche était trop compliqué car la météo était vraiment trop capricieuse et la mer beaucoup trop agitée. Du coup, nous avons délocalisé le tournage en Hollande pour ces scènes-là.

Pour les costumes, nous avons travaillé avec Jeffrey Kurland, qui avait déjà fait ceux d'Inception. Il a fait de très bonnes reproductions des habits de soldats sur ce film. C'est grâce à lui que nous avons su à quoi les différents personnages allaient ressembler. C'est sans aucun doute l'un des films les plus compliqués que nous avons eu à faire car c'est trois films en un seul, à cause des points de vue abordés. Le mauvais temps, la logistique et les problèmes inhérents à filmer dans l'eau et dans l'air ont compliqué sérieusement le tournage, en plus des 1 300 figurants sur la plage à gérer.

Dunkerque est en salles le 19 juillet. Bande-annonce :

Comment Nolan s'est inspiré d'une scène de The Dark Knight Rises pour Dunkerque