Bob Marley ressuscité par Kevin MacDonald [critique]
Wild Side Films / Le Pacte

Le documentaire Marley est fascinant.

Longtemps attendu, le documentaire sur Bob Marley, sobrement intitulé Marley, va enfin sortir au cinéma. Passé entre les mains de Martin Scorsese et Jonathan Demme, c’est finalement Kevin MacDonald (Le dernier roi d’Ecosse, L’Aigle de la neuvième légion) qui a réalisé "le documentaire ultime" sur le roi du reggae. Décédée prématurément en 1981, cette icône de la culture populaire a laissé un héritage considérable si bien qu’il est cité comme une influence majeure par des musiciens actuels tels que Rihanna ou encore Ben Harper. Son enfance mouvementée, le succès, la tentative d’assassinat dont il a fait l’objet, sa philosophie, son rapport à la drogue, son engagement politique, rien n’est laissé de côté. Le film s’appuie sur des images d’archives inédites et des morceaux encore jamais diffusés mais également sur des interviews de Ziggy Marley, Jimmy Cliff, Lee Perry, Chris Blackwell, Rita Marley

Kevin MacDonald, le réalisateur de Marley : "Je n'ai jamais été un énorme fan de Bob"

Marley sort cette semaine au cinéma, et Première vous le recommande chaudement. Voici notre critique :
La problématique de ce documentaire était au fond très simple : comment évoquer la vie d’une icône ? Comment transformer le christ jamaïcain en un sujet de fi lm ? Dès le début, le cinéaste écossais choisit la limpidité. Marley est une oral history, le récit de la vie du chanteur de sa naissance jusqu’à sa mort, racontée par ses proches. Académique ? Peut-être, mais aussi imparable. Réalisé avec le concours de la famille, le fi lm ne tombe jamais dans l’hagiographie ; truffé de séquences musicales, il ne se dilue pas non plus dans le concert filmé... Les témoignages, les images d’archives et les enregistrements de ses concerts finissent par composer un puzzle qui n’hésite pas à aborder les sujets qui fâchent (son infidélité légendaire, ses contradictions politiques) sans pour autant écraser le personnage. Au fond, il n’y avait pas de meilleur sujet pour Macdonald. On connaît sa fascination pour l’Afrique (Le Dernier Roi d’Écosse) et pour les 70’s (Un jour en septembre), sa curiosité pour les personnages « ogresques » (Idi Amin Dada, Klaus Barbie) et surtout pour le métissage (sujet en creux de L’Aigle de la neuvième légion). C’est précisément l’axe de ce documentaire, le fil rouge choisi pour raconter Marley, figure complexe et complexée qui regrettait « de n’avoir pas été plus noir ». La force du fi lm, c’est que, pour guider le spectateur à travers les effluves de ganja, le réalisateur a choisi de se mettre en scène, devenant progressivement le Nicholas Garrigan du chanteur – dans Le Dernier Roi d’Écosse, on découvrait l’Ouganda et son dictateur Idi Amin Dada à travers regard de ce jeune docteur blanc et naïf interprété par James McAvoy. Là, c’est le cinéaste himself qui endosse le rôle de Candide, enivré (mais jamais dupe) par la beauté de la Jamaïque, le charisme du chanteur et de ses femmes. Ce point de vue, qui aurait pu irriter, est finalement salutaire : face au mysticisme rasta, face à la légende dévorante de Marley, Macdonald incarne la rationalité, le regard distancié, tour à tour crédule et sceptique, enthousiaste et inquisiteur. Cette dialectique, la volonté du cinéaste de ne jamais se laisser écraser par la légende, de faire coûte que coûte du cinéma (l’intro, la séquence où le demi-frère blanc de Marley écoute Cornerstone ou tout le final), font qu’il ne se laisse jamais dépasser par son sujet. Et les deux en sortent grandis. Ja Man !

Top 20 des documentaires musicaux