DR

Dans l’art délicat de la bande-annonce (aguicher sans trop en dire), 2015 a su nous offrir quelques concurrents de taille. Classement.

Donner envie aux spectateurs de se bouger en salles, faire grimper le thermomètre parfois un an à l’avance. Dur dur, le métier de monteur de trailers. Mais l’année qui s’achève a été généreuse en bandes-annonces qui s’impriment sur la rétine. C’était beau, c’était sanglant, c’était drôle, c’était émouvant, c’était haletant. C’était 2015.

15. Youth
Souvent plus détesté que vénéré par la critique, Youth a fait dans la sobriété avec un teaser au charme presque timide, qui laissait toute la place qu’ils méritaient à la musique et aux magnifiques plans de Paolo Sorrentino. Juste ces quelques mots de Michael Caine à la toute fin : "You were right. Music is all I understand". Parfait. 

 

14. Love
On pourra penser ce qu’on veut de Love de Gaspar Noé, son trailer non censuré retranscrivait parfaitement la nature sensuelle (et sensorielle) du film. Du sexe brut, beaucoup d’amour et une pluie de sperme qui coule sur l’écran. La recette de la bande-annonce idéale, en somme. 

 

 

13. Steve Jobs
Pas encore diffusé chez nous, Steve Jobs a calé au box-office partout où il est sorti. D’autant plus incompréhensible que les différents trailers du film de Danny Boyle avaient de quoi retenir l’attention. Notamment cette deuxième bande-annonce qui resserrait l’image jusqu’à ce que Jobs s’efface totalement pour laisser place à un curseur. Puis explosion de lumière quand le génie vient révolutionner le monde de l’informatique avec le Mac. Le rythme et la musique grimpent pour en arriver à ce plan final où Jobs est à son firmament. Un dieu moderne. 

 

12. Deadpool
Un trailer complètement cramé du bulbe, à l’image d’un super-héros qui devrait apporter un peu de fraîcheur au genre l’année prochaine. De la violence gratuite en veux-tu en voilà et des vannes qui font mouche ("I’m touching myself tonight") sont au menu de cette bande-annonce jouissive, qui n'a pas peur de faire dans le gras.

 

 

11. Midnight Special
Comme un X-Men qui se prendrait au sérieux - ce n’est pas du tout un reproche - Midnight Special de Jeff Nichols nous racontera l’histoire d’un père qui prend la fuite pour protéger son fils, après avoir découvert que ce dernier a d’étranges pouvoirs. La bande-annonce est intrigante juste ce qu’il faut et pose les bases d’un univers particulièrement sombre. On a très hâte, c’est donc que ça fonctionne.

 

 

10. Triple 9
À la limite de l’indécence, cette bande-annonce du thriller urbain Triple 9. La vidéo pose tranquillement son paquet sur la table et vous attrape à la gorge pour ne plus vous lâcher. On hallucine à chaque plan devant le casting ("Oh Kate Winslet !", "Oh, Casey Affleck !",  "Oh, Aaron Paul !") et les scènes de gunfights semblent enterrer le déjà très spectaculaire Sicario. Si on bande ? Affirmatif. 

 

 

9. Batman v Superman
La promotion de Batman v Superman n’ira jamais plus haut que ce trailer pourtant boudé par mal de monde. "Tell me. Do you bleed ? You will" : l’avertissement lancé par le Chevalier Noir est d’une coolitude absolue et cette première bande-annonce avait le gros avantage de ne pratiquement pas déflorer l’intrigue, en dehors de la présence de Lex Luthor et de l’affrontement entre les deux super-héros. C’était le bon vieux temps.

 

 

8. Magic Mike XXL
Qui peut résister au booty et aux abdos de Channing Tatum ? Certainement pas nous. "On ne voulait pas montrer les meilleurs moments du film dans ce trailer, mais c’était très dur de résister", nous prévient d’emblée la vidéo qui résume parfaitement le triptyque de Magic Mike XXL : muscles, franche camaraderie et humour.  

 

 

7. Suicide Squad
Sorti par la force des choses suite au leak d’une vidéo de mauvaise qualité, le trailer Suicide Squad était bien plus excitant que prévu. Une aguiche généreuse en images léchées, sur une reprise lunaire de I Started a Joke des Bee Gees. Jusqu’à l’apparition tant attendue du Joker de Jared Leto, qui fait monter d’un coup la pression sanguine.  

 

 

6. Ave, César!
Un film des frères Coen est souvent impossible à résumer, alors le trailer ne s’embête même pas à essayer. Le personnage de George Clooney a l’air aussi paumé que nous et le pire, c’est qu’on en redemande. Le 17 février semble décidément bien trop loin.  

 

 

5. Creed
Avant de découvrir la bande-annonce, on n’aurait pas donné cher de la peau de Creed. Le retour de Rocky Balboa ? L’arrivée du petit-fils d’Apollo Creed ? Mouais. Et puis on lance la vidéo et immédiatement, la puissance de cette histoire de transmission nous saute au visage. Le mec dans le miroir est ton pire ennemi, lâche en gros Stallone à son protégé. On sait déjà qu’une fois installé dans la salle, on pleurera à un moment ou à un autre. 

 

4. Mad Max : Fury Road
Si paradoxalement le teaser était encore plus fort que cette bande-annonce (il est sorti en 2014, impossible de le mettre ici), Mad Max : Fury Road mettait tout même une grande claque à la concurrence. Comme une déclaration qui dirait que papy Miller est bien loin de la retraite et que la jeune garde peut aller se rhabiller. Le film nous a prouvé qu’il ne plaisantait pas.  

 

 

3. Zoolander 2 
Ragez si vous voulez, personne ne nous empêchera de mettre le trailer de Zoolander 2 à la troisième place de ce classement. Le retour de Derek et Hanso est à pleurer de rire et il n’y a pas une seule faute de goût dans cette bande-annonce blindée de guests. Un démon a certainement aspiré votre âme si vous ne vous marrez pas à l’apparition de Benedict Cumberbatch en mannequin androgyne.  

 

2. The Revenant
Une teaser tout bonnement ahurissant, rythmé par le son du souffle court d’un homme qui fera tout pour rester en vie. Les plaines enneigées, la photo d’Emmanuel Lubezki et le regard effrayé de DiCaprio à la toute fin font le reste. D’une beauté enivrante.  

 

1. Star Wars : Le Réveil de la Force
Le mètre-étalon de l’année. Mais il était presque trop facile de nous exciter au-delà du raisonnable avec le retour d’une franchise comme Star Wars. Alors on en a pris plein les mirettes (avec tous les trailers d’ailleurs), régressant sagement à l’âge de 8 ans alors que Han Solo acceptait enfin l’existence de la Force, que le chemin emprunté par Rey et Finn se traçait tout doucement devant nous et que Kylo Ren demeurait plus mystérieux que jamais. Le pire, c’est que ça marche encore même après avoir vu le film. Les frissons sont intacts.