AFFICHE
4
Silence

Le Silence de Martin Scorsese n’était pas à proprement parler un remake. Plutôt une nouvelle adaptation du magnifique roman de Shusaku Endo (1966) racontant la traque de missionnaires jésuites dans le Japon du XVIIe siècle. En découvrant aujourd’hui seulement le film de Masahiro Shinoda (présenté au Festival de Cannes en 1972 mais resté inédit dans les salles françaises), on est pourtant frappé par la ressemblance entre les deux œuvres, leur évidente gémellité.

Frédéric Foubert
AFFICHE
2
Men in Black : International

Reboot ? Spin-off ? À vrai dire, même après l’avoir vu, on ne sait pas dans quelle catégorie ranger Men in Black International, qui fait néanmoins table rase du passé avec un casting entièrement renouvelé -à l’exception d’Emma Thompson qui reprend le rôle de l’agent O apparu dans le 3. Rappelons le concept de la franchise : des hommes en noir veillent à la cohabitation harmonieuse sur Terre entre aliens et humains à l’insu de ces derniers -dont la mémoire est effacée en cas d’indiscrétion.

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
Greta

Neil Jordan fait partie des cinéastes majeurs qui ont « esthétisé » le thriller dans les années 90. Avec The Crying Game ou Entretien avec un vampire, le réalisateur irlandais a marqué le cinéma mondial. Il se fait plus rare depuis quelques années, victime, comme tant d’autres, du tournant de Hollywood vers les blockbusters familiaux. Il nous revient avec un pur film de genre qui met face à face deux femmes. Frances (Chloë Grace Moretz) est une jeune fille perdue depuis la mort de sa mère. Elle trouve un sac luxueux dans le métro et décide de le rapporter à sa propriétaire.

Sophie Benamon
AFFICHE
3
Roxane

Il y a plus d’un siècle et demi, le journaliste Francisque Sarcey écrivait dans son journal que « les paysans bretons sont si ignorants qu’ils croient à l’influence de la Lune sur les marées ». Aujourd’hui, il rajouterait qu’ils sont tellement bêtes qu’ils pensent que la littérature peut changer le monde. C’est ce que raconte le joli film Roxane. On y suit l’histoire de Raymond, un agriculteur avec un drôle de secret : l’amour des mots lui est tombé dessus par hasard. Sans éducation ni bagage, ce paysan a cultivé cette passion, n’avouant ce penchant qu’à... ses poules.

Gael Golhen
AFFICHE
1
11 fois Fátima

C’est un film choral en mouvement : onze femmes du même village du nord du Portugal se lancent dans un périple pédestre de 400 kilomètres vers Fátima, haut lieu de pèlerinage catholique. La route est longue... et le film tout autant ! Car vite dépassé par le nombre de personnages à embrasser, le Portugais Joao Canijo rate sa phase d’introduction et ne permet jamais vraiment de s’attacher à elles, s’obligeant par la suite à forcer le trait pour susciter de l’émotion.

Thierry Chèze
AFFICHE
3
Un havre de paix

Ce premier long met en scène les retrouvailles de trois frères qui enterrent leur père dans le kibboutz de leur enfance, alors que le plus jeune doit partir dans quelques jours faire la guerre à la frontière libanaise. Mais gare aux apparences ! Ce projet très personnel (Yona Rozenkier l’interprète avec ses propres frères et a tourné dans le kibboutz où ils ont grandi) ne se résume pas à un énième film sur Israël en guerre.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
Charlotte a 17 ans

Il y a de l’énergie à revendre dans ce teen movie venu du Québec. Et une volonté affirmée de donner la parole aux jeunes femmes (les adultes y sont absents et les garçons confinés aux seconds plans) dans un genre où elles sont souvent réduites au simple rôle de la « petite amie ». À commencer évidemment par la Charlotte qui lui donne son titre : une ado qui, pour guérir d’une peine de coeur (son premier amour lui a avoué son homosexualité), décide de multiplier les expériences sans se soucier du qu’en-dira-t-on.

Thierry Chèze
AFFICHE
2
Zombi child

Il y a des films qui donnent tout, tout de suite (Sibyl ce mois-ci, par exemple), d’autres qui s’envisagent comme des matières plus ou moins dormantes où les choses se cristallisent après coup. En l’espèce, Bertrand Bonello, réalisateur de films de cette seconde catégorie (De la guerre, Nocturama...), s’attaquant à une histoire de morts-vivants paraissait logique. La grâce de sa mise en scène flottante et charnelle n’empêchait pas sur le papier le gore de surgir. Nous voici à Haïti dans les années 60. Un homme tombe en pleine rue.

Thomas Baurez
AFFICHE
3
Sillages

Depuis quarante ans, la Mini Transat est un défi réservé aux casse-cou, une course en solitaire où il s’agit de relier à bord d’un voilier de 6,50 mètres, sans autre moyen de communication qu’une VHF, la France aux Antilles. À la fois voyage initiatique, laboratoire d’innovations technologiques et écurie de talents, c’est l’un des mythes de la voile contemporaine. Mais comment filmer cela, alors que les navigateurs ne sont confrontés qu’à des choses anti-spectaculaires (pétole, creux de vagues infilmables et solitude extrême) ?

Pierre Lunn
AFFICHE
1
Les particules

Que se passe-t-il quand l’accélérateur de particules le plus puissant du monde se trouve à deux pas du lycée où une bande de potes vit sa dernière année avant de partir à la fac ? Eh bien, pas grand-chose si l’on en croit les 98 interminables minutes de ce premier long métrage qui, arrivé à son terme, donne l’impression de n’avoir jamais vraiment commencé.

Thierry Chèze
X-Men Dark Phoenix
2
X-Men : Dark Phoenix

La mutante Jean Grey se retrouve possédée par une force cosmique phénoménale, et la voilà devenue tellement puissante qu’elle menace la survie de l’humanité... L’histoire de Dark Phoenix a déjà été racontée dans X-Men : L’Affrontement final en 2006, et c’était l’un des pires films de la X-franchise. Treize ans plus tard, avec le casting des « nouveaux » X-Men, ce n’est pas tellement mieux.

Sylvestre Picard
affiche face au vent
2
Face au vent

Après des années d’exil en Argentine où elle exerce la danse, Monica revient dans la maison familiale, près de Burgos, en Espagne, où son père vient de s’éteindre. Sur place, elle renoue un lien partiellement défait avec sa soeur et, surtout, avec sa mère, qu’elle va aider à vendre la maison... Avec un sens infini du détail (un brossage de cheveux affectueux, des parties de cartes complices...), la réalisatrice décrit des rapports familiaux compliqués, taiseux, peu démonstratifs, à l’origine d’un malaise perceptible mais jamais criard.

Christophe Narbonne
affiche face au vent
2
Face au vent

Après des années d’exil en Argentine où elle exerce la danse, Monica revient dans la maison familiale, près de Burgos, en Espagne, où son père vient de s’éteindre. Sur place, elle renoue un lien partiellement défait avec sa soeur et, surtout, avec sa mère, qu’elle va aider à vendre la maison... Avec un sens infini du détail (un brossage de cheveux affectueux, des parties de cartes complices...), la réalisatrice décrit des rapports familiaux compliqués, taiseux, peu démonstratifs, à l’origine d’un malaise perceptible mais jamais criard.

Christophe Narbonne
AFFICHE
2
Salauds de pauvres

Douze sketches réalisés par douze auteurs différents sur le thème de la pauvreté. Parmi les signatures connues : Patrice Leconte, Sophie Forte, ou encore Christophe Alévêque. L’ensemble est porté par un humour vache inégal qu’incarne notamment Alévêque, réalisateur du très mauvais Parlons-en, parodie de débat télévisé sociétal tournant au vinaigre, et acteur du rigolo Le Greffé, sur un homme riche et malade, exploitant la misère du tiers-monde pour se faire transplanter des organes.

Christophe Narbonne
affiche l'autre continent
2
L'autre continent

C’est un film qui débute comme une comédie romantique délicieusement exotique. La rencontre à Taïwan de deux expatriés : Maria (Deborah François, savoureuse), guide experte en néerlandais et Olivier (Paul Hamy, charismatique en diable) parlant 14 langues. Elle est aussi impatiente qu’il est timide. C’est donc elle qui fait le premier pas et les suivants. Toujours et encore elle qui permet la naissance d’une histoire d’amour puissante et profonde qui devra bientôt faire face à la maladie : la leucémie diagnostiquée chez Olivier. Et c’est précisément ici que le film trouve ses limites.

Thierry Chèze
Parasite Affiche
4
Parasite

Bong Joon-ho aime les mélanges et l’impureté.

Gael Golhen
AFFICHE
3
Piranhas

Après une demi-douzaine de films primés en festivals (dont l’excellent Fiore en 2016), Claudio Giovannesi semble avoir décidé de s’aventurer sur les traces de Matteo Garrone. Après avoir réalisé deux épisodes de la deuxième saison de Gomorra, le voici aux commandes de sa propre adaptation d’un roman de Roberto Saviano (auteur du roman dont est tirée la série).

Thierry Chèze
AFFICHE
4
Être vivant et le savoir

Ne l’appelez plus cinéaste. Depuis 2000 et son choix de ne plus tourner qu’avec sa seule petite caméra DV, Alain Cavalier se définit lui- même comme un « filmeur ».

Thierry Chèze
affiche godzilla 2 roi des monstres
1
Godzilla II - Roi des Monstres

La Terre est menacée par une horde de Titans, créatures... euh, titanesques hautes comme des gratte-ciels, dotées de pouvoirs cosmiques et d'humeur destructrice. Monarch, une compagnie militaro-scientifique, utilise le lézard géant Godzilla pour empêcher les Titans de détruire la Terre. Pas question de reprocher une milliseconde à Godzilla II : Roi des monstres ce pitch hautement improbable, amoureux que nous sommes des blockbusters gigantesques au parfum estival.

Sylvestre Picard
Rocketman : Taron Egerton s’affiche en Elton John plus showman que jamais
4
Rocketman

Les biographies de stars, qu’elles chantent du rock ou pas, se divisent en deux grandes catégories : les "autorisées" et les "non autorisées". Rocketman, produit par Elton John, se range d’emblée dans la première catégorie, la biographie officielle, validée par leur sujet lui-même.

Sylvestre Picard
AFFICHE
3
Sibyl

Une femme et tout autour, la tourmente. Autour. En dedans aussi. Les héroïnes de Justine Triet sont des phares submergés par des vagues qui inondent sa vigie. Laetitia dans La Bataille de Solferino, Victoria et aujourd’hui Sibyl. La réalisatrice pose tout sur la table : angoisses, passions, désirs, pulsions, doutes... Sans filtre, ou presque. À chaque fois, l’appartement familial de l’héroïne sert de base arrière, avec des bambins qui sautent partout rappelant l’impossible repos.

Thomas Baurez
AFFICHE
2
Une part d'ombre

C’est l’histoire d’un homme à qui on donnerait le bon Dieu sans confession, d’autant plus qu’il ne joue pas les « monsieur Parfait ». David est juste un homme heureux. Heureux en famille. Heureux dans son boulot de prof. Heureux en amitié. Et puis, un soir, tout bascule. Alors qu’il fait son jogging, il indique son chemin à une femme qu’on retrouvera morte un peu plus tard. Dès lors, tout s’emballe. De témoin, il devient suspect puis coupable idéal. Car David n’est pas exactement l’homme qu’il a prétendu être.

Thierry Chèze
AFFICHE
4
John Wick Parabellum

Dès les premiers plans de John Wick Parabellum, à mesure que Keanu Reeves tabasse un colosse de deux mètres à grands coups de bouquin, il est clair que ce troisième volet ne versera pas dans la littérature. Tant mieux. Le film de Chad Stahelski nous propulse quelques instants après la fin du deuxième volet et l’assassinat de Santino D’Antonio (Ricardo Scarmaccio) dans la backroom du Continental.

Jean-Baptiste Tournié
AFFICHE
4
Les plus belles années d'une vie

On en aurait voulu à Claude Lelouch de rater ce rendez-vous, de gâcher son film mythique. On ne lui aurait surtout pas pardonné d’offrir à Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée des rôles médiocres pour ce qui sera sûrement l’une de leurs dernières apparitions au cinéma.

Sophie Benamon
AFFICHE
4
Les plus belles années d'une vie

On en aurait voulu à Claude Lelouch de rater ce rendez-vous, de gâcher son film mythique. On ne lui aurait surtout pas pardonné d’offrir à Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée des rôles médiocres pour ce qui sera sûrement l’une de leurs dernières apparitions au cinéma.

Sophie Benamon
AFFICHE
3
Stubby

Inspiré par l’histoire du chien soldat le plus décoré d’Amérique, Stubbs décrit l’amitié indéfectible entre ce toutou errant et un jeune militaire pendant la Première Guerre mondiale, des États-Unis aux tranchées françaises. Cette première production des studios Fun Academy offre un regard à la fois léger et cru sur les faits d’armes des soldats de 14-18. Stubbs ne cache rien des horreurs de la der des der, tout en restant tout public. Une belle manière de parler de la guerre aux enfants, dès 6 ans.

Sophie Benamon
AFFICHE
3
Le jeune Ahmed

L’échec de La Fille inconnue (leur plus mauvais score au box-office) aurait-il incité les frères Dardenne à repenser leur cinéma ? Dans Le Jeune Ahmed, pour la première fois depuis La Promesse, le duo a fait appel à un casting entièrement composé d’acteurs inconnus du grand public, au premier rang desquels l’amateur Idir Ben Addi, 13 ans.

Christophe Narbonne
Meurs, monstre, meurs : Affiche
4
Meurs, monstre, meurs

Pourquoi un film aussi auteurisant, sec et radical porte-t-il ce titre aussi nanar ? C’est la première énigme du film. Mais voilà, Meurs, monstre, meurs est le titre original (Die, Monster, Die !) du Messager du diable (1965). Une série Z accablante avec un Boris Karloff littéralement sinistre, quatre ans avant sa mort, qui adapte de très loin la nouvelle La Couleur tombée du ciel de H. P. Lovecraft. Et alors ? Et alors, ce texte semble avoir fourni littéralement la matière de ce Meurs, monstre, meurs qui nous intéresse.

Sylvestre Picard
Douleur et Gloire - affiche
4
Douleur et Gloire

Ce type aura 70 ans dans quelques mois. Le moment de se poser des questions, de regarder derrière soi comme on prend sa respiration. Le vingt-deuxième film de Pedro Almodóvar commence au fond de la piscine. En apnée. Tenir. Tenir. Tenir. Et enfin, tout laisser remonter à la surface. Être ou ne pas être Almodóvar, telle est la question. On ne le présente plus, avec sa bille de clown, ses cheveux en pétard, ses couleurs criardes, ses femmes en colère, en détresse, trop maquillées, trop belles, trop femmes, et les types flamboyants qui essaient de tenir l’écran face à elles.

Guillaume Bonnet
AFFICHE
3
Séduis-moi si tu peux

Le pitch évoque les comédies qu’usinaient Judd Apatow et ses disciples à la fin des années 2000 : un journaliste grande gueule et fumeur de joints (Seth Rogen) se retrouve à écrire les discours de la secrétaire d’État aux affaires étrangères, bien placée dans la course à la présidence, et qui se trouve accessoirement être son ancienne baby-sitter.

Frédéric Foubert