DR

L'univers de Gods of Egypt est de plus en plus énigmatique.

Depuis le début de sa campagne promo, on sait que Gods of Egypt s'apprête à délivrer une vision très particulière de l'Egypte Antique et de ses mythes. En effet, dans ce blockbuster forgé aux CGI, les dieux égyptiens sont tous caucasiens, changent de taille et... se déplacent à bord de vaisseaux spatiaux ailés vaguement bio-mécaniques. C'est en tout cas ce que suggère cet étonnant spot TV dans lequel Gerard Butler affronte Geoffrey Rush qui s'embrase littéralement pour devenir une sorte de boss de jeu-vidéo. Gods of Egypt a été réalisé par Alex Proyas (The Crow, I Robot) et promet une bataille homérique entre Gerard Butler, Nikolaj Coster-Waldau et Brenton Thwaites. Expérience profondément avant-gardiste ou nanar fortuné ? Il faudra attendre la sortie du film le 6 avril pour se prononcer.

Alex Proyas et Lionsgate "s'excusent sincèrement" pour le whitewashing de Gods of Egypt

Dans une époque ancestrale, durant laquelle les Dieux vivaient parmi les hommes, la paix règne en Egypte. Mais Seth, Dieu du désert, qui convoite le pouvoir, assassine le roi et condamne Horus à l’exil, plongeant le royaume d’Egypte dans le chaos. C’est l’intervention d’un jeune voleur, Bek, qui va sortir Horus de sa prison. Ensemble, ils se lancent dans une aventure épique qui va donner lieu à une guerre sans précédent. Jusqu’aux frontières de l’au-delà, monstres et armées des dieux se déchainent dans une lutte dévastatrice...

John Oliver s'attaque au whitewashing à Hollywood